P.. d’angoisse !

C’est terrible !
Encore une fois due à mes « parents » qui abusent une fois de plus de mon incapacité à leur dire non. Mais là je stresse, j’angoisse comme il y a longtemps que ça ne m’était pas arrivé ! Et j’ai beau l’évoquer en séance, cela n’arrange rien ! Je suis toujours incapable de leur dire non.
Dernière épisode : j’achète un appareil photo à mon oncle et lui demande de l’envoyer chez mes parents pour éviter qu’il soit « remis » à ma curieuse de voisine, en mon absence (eh oui, je bosse à la Poste, mais pas dans le bon bureau). Et là ma Chère (grand’) mère m’appelle au plus mauvais moment de la journée, celui où je dois faire les comptes rapidement, pour me demander l’autorisation d’ouvrir MA lettre ! Son compagnon crevant d’envie de voir ce nouvel appareil photo ! Et moi je suis incapable de lui dire NON ! Il attendra que je l’ouvre moi même !
Mais cette fois c’est fini, je ne leur demanderai plus rien, comme ça ils arrêteront de faire comme si j’étais encore une gamine.
En attendant je stresse, j’angoisse. Heureusement que je suis au boulot, cela se serait encore terminé par une crise hyperphagique, là j’ai rien sous la main, mais l’angoisse perdure…

8 commentaires à “P.. d’angoisse !”


  1. 0 V. 19 nov 2009 à 15:29

    Bonjour Papillon,
    Je pense comprendre un tant soit peu ce que vous ressentez.Mon histoire parentale est différente de la votre ( de ce que je ressens à la lecture de vos articles).
    Les miens sont été très exigents envers moi. Mon père est une personne brillante que j’admire professionnellement.
    Ma mère est très très belle. Difficile pour moi d’essayer d’être à la hauteur face à ces modèles. J’ai fait ce qu’ils désiraient, juste pour avoir l’impression d’exister pour eux. Je n’ai jamais dit non.
    J’ai grandi et ils ne connaissent de moi que ce qu’ils ont fonçonné.
    Et je ne sais toujours pas leur parler.
    Ce sera sans aucun doute une étape à franchir un jour.
    J’en suis incapable à l’heure actuelle…et ça me fait culpabiliser.

    Il y a de la colère dans cet article, ou de la révolte plutot.
    Je trouve cela positif. Vous avez envie que cela change.
    Je vous trouve très courageuse.

    Vos parents savent ils que vous avez entrepris une thérapie?

    Au plaisir
    Victoire

  2. 1 papillon23 20 nov 2009 à 12:22

    Bonjour Victoire

    C’est vrai que notre histoire est différente, elles le sont toutes, mais le ressenti est sensiblement le même.
    Moi j’ai été élevée par mes grands parents que j’ai très vite considérés comme mes parents. J’ai tenté de me recréer cette cellule familiale, me fondant dans un moule qui n’était pas forcément fait pour moi, oubliant une partie de moi-même, tentant même vainement de ressembler à cette grand mère que j’adorais. J’ai pris conscience de ça il y a peu, plutôt grace à ma psychothérapie.
    Peu d’exigence de leur part à mon égard, mais cela n’est guère mieux, une sorte d’étonnement que je parvienne à vivre comme tout le monde, quel manque de confiance ! La pression je me la suis mise seule, pour rentrer dans le moule.

    Ils ont su que j’avais commencé une psychothérapie, officiellement pour perdre du poids. Mais ils n’ont pas su que je l’avais poursuivie presque un an, comme ils ne savent pas que j’ai débuté une psychanalyse. Pour moi cela doit rester mon jardin secret, et leur taire est pour moi comme l’affirmation de ma maturité…

    Merci pour vos commentaires cela me fait réfléchir.
    A bientôt.

    Papillon

  3. 2 psyblog 20 nov 2009 à 14:15

    Si je peux me permettre… la phrase la plus importante de ta note me semble celle-ci : »Encore une fois due à mes “parents” qui abusent une fois de plus de mon incapacité à leur dire non ».
    Dire NON, incapacité à -leur-dire NON !

    Je ne fais que passer… mais je reviendrai…

    Bon week-end

  4. 3 papillon23 20 nov 2009 à 14:54

    oui effectivement, je viens de relire mon article, écrit il est vrai sous le coup de la colère et de l’angoisse qui m’étreignaient, et je répète cela 3 fois !
    Je sais que je peine avec cela, dire non à ma famille, mes employeurs, mes amis, mes voisins … Mais j’y travaille ;-)

    Merci d’être passé et j’espère à une autre fois.

    Papillon

  5. 4 eve 20 nov 2009 à 22:21

    je ne sais quoi dire, tu t’analyses parfaitement, tu as l’air de mieux gérer ton « coeur » et surtout ce qui l’entoure, tu commences à te protéger positivement, c’est mon ressenti……vu mon état de fatigue je peine un peu à m’exprimer………autre chose qui me touche ma belle fille est en plein marasme du meme genre, relations avec sa mère, analyse, blocages, frustrations, dévaloristation, bref, j’ai connu aussi et j’en souffre pour elle, pour mon fils, ses enfants aussi qui n’en ressortiront pas sans trace et la roue tourne, tourne, tourne…..merci papillon de passer par chez moi de temps en temps et excuses mon mutisme passager, je pense à toi, ève…….

  6. 5 augenblick 22 nov 2009 à 16:47

    Dire son nom (je ponctue : … et ?)
    Et te salue.
    Aude, encore touchée par des affleurements de certaines anciennes angoisses :)

  7. 6 papillon23 24 nov 2009 à 14:23

    Merci Eve.
    Je ne suis pas certaine de mieux gérer … prendre conscience par contre oui, et me révolter aussi. Mais c’est encore une révolte silencieuse quand je suis face à eux… Tant de choses sortent à ce propos en séance ! Je ne pensais pas en avoir tant en moi…
    Bises ma belle.

  8. 7 papillon23 24 nov 2009 à 14:29

    Aude, oui purquoi pas. Le non/nom ne me semblait pas poser de problème (c’est ma grand’mère paternelle qui m’a élevée) mais finalement ils ont peut-être effacé le nom de ma mère… et c’est de ce nom là dont je manque …
    Merci de ton passage.

Laisser un commentaire



ortorexico-boulimicus |
Love it,or leave it alOne |
le crocophilou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poèmes
| Hystoria...histoire de...
| Moi...Mes amis...Mes emmerd...