impressions diverses.

Retour de vacances où je n’ai pas eu une minute seule, mis à part ce vendredi de congé forcé…

Et pourtant j’en ai à dire…

Tout d’abord j’ai enfin pu joindre mon  amie d’enfance et lui parler de T. Et là elle m’a « pourri » mon amour tout neuf ! Célibataire endurcie, handicapée elle aussi, elle a projeté ses doutes et ses angoisses sur mon histoire. Sur le coup je lui en ai presque voulu, même si je sais qu’au fond, elle ne cherche qu’à me mettre en garde. En même temps je n’ai plus 15 ans et je n’ai plus besoin qu’on me couve ainsi. Mais ses interrogations m’ont fait prendre conscience d’une chose : aujourd’hui je suis plus forte parce que je sais que si ça ne marche pas avec T, j’ai les ressources nécessaires pour rompre et vivre seule, même si c’est très dur pour moi. Je sais que je peux m’en sortir physiquement, et que j’ai des amis et de la famille pour faire face.
Par contre, elle a souligné une certaine contradiction chez moi dans ce refus d’avoir un enfant s’il devait être handicapé… en effet, outre le fait que cela revient à renier ce que je suis et mon « droit » à vivre, je n’ai aucune preuve que même sans ce risque je ne mettrai pas au monde un enfant porteur d’une autre maladie ou d’un autre handicap, pas forcément de mon fait d’ailleurs …
Alors j’en ai « discuté » avec mon psy lundi or c’est un sujet qu’il connaît bien. Il a fait des conférences sur le sujet de l’enfance handicapée et de la place de ces enfants dans la société. J’ai été agréablement surprise. Et il m’a expliqué que le handicap est d’abord perçu par les autres et pas par l’enfant lui même, son handicap étant pour lui « sa » norme. Et que c’est l’amour de ses parents, l’envie de lui donner naissance qui lui donne alors les armes pour combattre le regard des autres… Cela me parle vraiment car je me reconnais bien dans ces termes. Cela dit, avoir un enfant handicapé « par hasard » n’a pas la même portée que de l’avoir sciemment, sachant le risque qu’il encourt et les difficulés qu’il va  rencontrer…

Puis mercredi visite chez le rhumathologue, au sujet de ma cheville et de la transmission éventuelle de mon handicap. Par grand chose n’en est ressorti sauf qu’il est quasiment certain que ma forme de handicap ne se transmet pas ! Il reste néanmoins prudent et conseille le test génétique mais cela me redonne grand espoir..!

 

0 commentaire à “impressions diverses.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



ortorexico-boulimicus |
Love it,or leave it alOne |
le crocophilou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poèmes
| Hystoria...histoire de...
| Moi...Mes amis...Mes emmerd...