• Accueil
  • > Recherche : serpent fée

Résultats de la recherche pour ' serpent fée '

Le serpent

C’est ainsi que j’appelle ces pensées qui s’insinuent en moi, pensées noires, destructrices. Il arrive, je ne sais ni comment ni pourquoi. J’ai cru un moment qu’il sagissait de désoeuvrement, d’ennui et qu’il me suffisait de m’occuper l’esprit.

Mais non, il rampe peu à peu, m’atteint et s’immisce en moi jusqu’à me faire mal. Il me renvoie à mon vide intérieur, ce vide intersidéral que j’essaye de remplir comme je peux. Je deviens alors boulimique de nourritures terrestres mais aussi intellectuelles. Je me remplis des mots des autres, de leur musique, de leur histoire jusqu’à m’oublier pour faire taire le serpent. Et lorsqu’il vainc, je pense à manger. Je ne mange pas à m’en faire éclater le ventre. Non, il s’agit plutôt de seulement penser pendant de longues minutes à ce que je vais manger, le temps que cela prendra à le préparer (il faut que cela aille vite), le plaisir que j’aurais à le manger… Mon esprit tourne autour de cela. Je me retrouve alors prisonnière de cette pensée que je tourne et retourne sans cesse. Puis au bout de quelques longues minutes (jusqu’à une heure parfois à combattre), je passe à l’action, je prépare, j’engloutis et je me désole d’être si faible, d’être détestable, d’avoir si peu de volonté. Et le serpent gagne encore ! J’en suis tellement malheureuse après. Comment ne pas me déprécier, me détester, me mépriser ?

Esteban MAROTO-  Fée et serpent J’ai lu ici et là que l’on trouvait la jouisssance dans le symptôme, et que c’est ce qui empèche parfois de vraiment vouloir en guérir, et pourtant je ne ressens plus  aucun plaisir, juste le désespoir.

 



ortorexico-boulimicus |
Love it,or leave it alOne |
le crocophilou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poèmes
| Hystoria...histoire de...
| Moi...Mes amis...Mes emmerd...