• Accueil
  • > Recherche : sidney stewart

Résultats de la recherche pour ' sidney stewart '

Mémoire de l’inhumain -Du Trauma à la créativité- de Sidney Stewart

J’aimerai partager avec vous cette lecture que je viens d’achever :

Mémoire de l'inhumain, du trauma à la créativité. Sidney Stewart. Mémoire de l’inhumain -Du Trauma à la créativité- de Sidney Stewart, éditions CampagnePremière.
Voici ce qui en est dit en 4ème de couverture:
 » Psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris, Sidney Stewart (1919-1998) fut, en 1942, l’un de ces jeunes combattants américain de la guerre du Pacifique faits prisonniers par l’armée japonaise. Pendant quatre ans, d’un camp à l’autre, des Philippines au Japon et en Corée, il a connu l’atrocité des privations et des humiliations, et le déchaînement d’une sauvagerie qui a pu conduire à l’animalité. Unique survivant de son camp, il écrivit, à son retour, Give Us This Day (Nous sommes restés des Hommes, publié ici en première partie) pour rendre hommage à ses compagnons de souffrance, « pour essayer de comprendre et de faire savoir comment les êtres humains s’efforcent de vivre et de survivre dans ces situations ihumaines extrèmes » (Joyce McDougall) et pour, grâce au récit – comme on le fait en analyse-, restituer à chacun sa part de subjectivité.
La seconde partie rassemble des articles tirés de sa pratique audacieuse avec des patients ayant, comme lui, vécu d’importants traumatismes. L’affrontement à la vérité ne s’est jamais séparé chez lui du besoin impérieux de sublimation, qu’il a manifesté dans ses  multiples activités d’artiste. »

Je voudrais juste ajouter que je ne suis généralement pas fan des témoignages sur la guerre, mais pour écrire ce récit il s’est posé la question de savoir pour qui il écrivait et a réinterprété, réorganisé certains souvenirs afin de répondre à cette question, n’hésitant pas à faire « disparaitre » des compagnons, mais intégrant leur histoire dans celle d’un autre, récréant ainsi des « personnages » de fictions. Ce qui déplace le témoignage vers la création littéraire (d’où je suppose, le sous titre).
Il s’agit d’un récit bouleversant, où il ne juge pas les « bourreaux » mais rend hommage à ses compagnons et sans patriotisme exacerbé. Comme toujours devant ce genre de témoignage je suis effarée de voir à quel point l’homme peut se montrer inhumain. En même temps cela donne quand même espoir parce que malgré tout certaines victimes s’en sortent, restent humaines et parviennent, parfois, à sublimer leur traumatisme. J’ai été très émue par ce récit.

La seconde partie est intéressante, un peu plus ardue pour une néophyte comme moi en psychanalyse, mais passionnante ! Il y aborde  trois exemples d’analysants qu’il a suivi, parlant autant de ses succès que de ses échecs. Dans une autre prtie il aborde le thème du fétichisme, qui peut en apprendre même à ceux qui ne le sont pas …



ortorexico-boulimicus |
Love it,or leave it alOne |
le crocophilou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poèmes
| Hystoria...histoire de...
| Moi...Mes amis...Mes emmerd...